1er OCTOBRE 1799 : BONAPARTE DE RETOUR D’ÉGYPTE ARRIVE À AJACCIO

  • di
1er OCTOBRE 1799 : BONAPARTE DE RETOUR D’ÉGYPTE ARRIVE À AJACCIO

Quando

Ottobre 1, 2022    
12:00 am

Event Type

En Égypte, Bonaparte reçoit deux mauvaises nouvelles de France. La première lui apprendl’infidélité de son épouse Joséphine. La deuxième, qui le préoccupe beaucoup plus, est que le pays gronde contre les cinq représentants du peuple du Directoire qui le dirigent. Accusés de corruption, ils pourraient être la cause d’une nouvelle révolution

Bonaparte décide de rentrer. Il s’embarque pour la France le 22 août 1799 dans un petit convoide quatre bâtiments, constitué par l’amiral Ganteaume, rescapé du désastre naval d’Aboukir: deux frégates, la Carrère et la Muiron, du nom de son aide de camp, tué sur le pont d’Arcole, et deux chébecs, la Revanche et la Fortune. 

Bonaparte s’embarque sur la Muiron avec Ganteaume, Berthier, Andreossy, Bourrienne, Eugène de Beauharnais. Sur la Carrère, commandé par Dumanoir, Murat, Lannes, Marmont, Duroc. Bessières, les savants Monge, Berthollet, Vivant Denon et Parseval-Granmaison. 300 soldats d’élite sont aussi du voyage. 

Le 29 septembre, la Muiron dépasse les bouches de Bonifacio, et le 30 entre dans le golfed’Ajaccio, mais le vent l’empêche de gagner le port. Un bateau file à sa rencontre pour arrêterl’escouade et l’obliger à respecter la quarantaine

“D’ venez-vous ?“, lance Roch Donzella au pied de la frégate Muiron à l’amiral Ganteaume. D’Égypte“, répond ce dernier. “D’Égypte ? Avez-vous des nouvelles du général Bonaparte ?“Ce dernier se montre: “Je vais bien.” Roch Donzella rentre au port annoncer la nouvelle danstoute la ville: Bonaparte est de retour !

Il aurait être confiné 40 jours comme l’impose la réglementation. Jean-Baptiste Barberi, le commandant du conseil sanitaire, demande un vote pour espérer contourner la quarantaine. Il s’avère négatif, la crainte de la peste est trop grande. Mais une délégation menée par Barberi va tout de même à la rencontre de Napoléon sur son navire. Tout le monde se salue, s’embrasse… 

Bonaparte leur fait remarquer que les précautions sanitaires sont vite oubliées. Barberi, finalement, autorise le général et son contingent à débarquer. La ville ne comptant pas que dessoutiens de Napoléon, la maison de Barberi sera taguée avec ce message rageur: “Vai à ti pagà da i to Bonaparti di merda” – vas te faire payer par tes Bonaparte de merde (Philippe Perfettini).

Le 1er octobre 1799, Bonaparte débarque dans sa ville natale. Il a décidé d’y faire escaledavantage pour y recueillir les dernières nouvelles de France que pour retrouver Ajaccio, dont le dernier souvenir lui est toujours très douloureux. Six ans auparavant, c’est chassée comme de vulgaires voleurs par les paolistes que sa famille en avait émigré. L’accueil est enthousiaste. Il y retrouve sa nourrice Camilla Ilari, qui lui prodigue des marques d’attention maternelles.

A terre, un des soldats, un colosse nommé Boulet, portant la cicatrice d’un coup de hache reçuau combat, tombe amoureux d’une jeune Ajaccienne. Il ne rembarquera pas et restera à Ajaccio en tant que cordonnier.

Les vents ne sont pas favorables pour repartir. Bonaparte fait visiter Ajaccio et ses propriétésaux savants qui l’accompagnent. Ces derniers s’intéressent aux problèmes de développement de la ville qui ne manquent pas. Ajaccio est sclérosé par son insalubrité. Il n’y a pas d’eau potable, pas de gestion des déchets, pas de réseau d’égouts. “Dans ses remparts, la ville étouffe“, souligne Philippe Perfettini, auteur du guide Napoléon “Promenades impériales dans les rues d’Ajaccio“.

Pour les scientifiques, la solution se trouve aux Milelli et ses nombreuses sources de la montagne. “L’aménagement moderne de la ville a été pensé aux Milelli, par les savants qui entouraient Napoléon lors de son ultime escale à Ajaccio.”(Philippe Perfettini).

Dès que la route est sûre, et que les vents sont favorables, la Muiron, le 7 octobre 1799, remet à la voile et jamais plus Bonaparte ne reverra Ajaccio…