Vai al contenuto

Cristoforo Baggiolini, l’héros de Beresina

  • di

Rue Baggiolini au quartier Europa d’Alessandria relie le boulevard Romita à la rue Galvani. Aujourd’hui, la route est définie par deux lignes perpendiculaires et par le segment d’origine rectiligne interrompu par la rue De Gasperi.
Cristoforo Baggiolini (Alessandria, 11 novembre 1796 – Vercelli, 3 décembre 1872) a été officier militaire, professeur, essayiste, poète. En 1812, l’auteur termine ses études classiques dans sa ville natale et intervient dans la campagne de Russie avec les troupes napoléoniennes: le vaillant soldat de 16 ans remporte l’appellation ”héros de Bérézina” sur le champ de bataille (26 – 29 novembre 1812). La bagarre survenue sur le sol biélorusse est inscrite à la mémoire collective suisse: l’armée napoléonienne avait enrôlé 9000 militaires helvétiques et traversé le fleuve assisté par le peloton de 1300 soldats suisses face aux troupes russes.
La restauration de Savoie suit la débâcle de Napoléon et pousse Baggiolini à servir l’armée sarde: le sous-lieutenant uni au bataillon de Tortona participe à l’expédition austro-sarde à Grenoble (1815).
En 1817, Baggiolini cesse sa carrière d’armes pour commencer à enseigner les lettres italiennes au Collège royal des provinces de Turin: l’enseignant, partisan des insurgés aux émeutes (1820-1821), fait preuve de modération auprès des étudiants.
Baggiolini, déjà condamné à la prison perpétuelle et à la confiscation de biens en tant qu’auteur de deux brochures (”Rapport d’un charbonnier piémontais à un espagnol sur les derniers cas de Turin” et ”Dialogue politique entre Machiavelli et un piémontais”) obtient du Sénat le confinement intérieur de deux ans alternatif à la peine expiée avant d’exercer l’enseignement de rhétorique recruté par Mgr Alessandro d’Angennes (évêque d’Alessandria de 1818 à 1832) au séminaire archiépiscopal de Vercelli.

Baggiolini, nommé président du gymnase de Vercelli, a également écrit les brochures ”Aux corrupteurs de l’opinion publique à Venise et en Lombardie” (Vercelli, 1848) et ”Réplique a T. Mora sur les agitateurs vénitiens et lombards” (Novara, 1848) pour réitérer les thèses bienveillantes à l’annexion de la Lombardie au Piémont.
Baggiolini a été inscrit à l’Accademia degli Indefessi d’Alessandria: l’éloge a été porté par l’œuvre ”Commentaires à la célèbre expédition de Moska dirigée par Napoléon Bonaparte en 1812” (Alessandria, 1814) embellie par la version latine.
La production littéraire de Baggiolini, écrivain fécond et médiocre de prose et de vers, est étendue au poème ”Maria Clotilde de France reine di Sardaigne” (Turin, 1818), aux dossiers ”Histoire politique et religieuse de Vercelli” (Vercelli, 1836) ”L’étude générale de Vercelli au Moyen Age” (Vercelli, 1888), aux oeuvres ”Guiscardo” (Cuneo, 1828), ”Dolcino et les Patareni” (Novara, 1838), ”Tamar” (Vercelli, 1843).
La traduction à des fins didactiques ”Les œuvres de Virgile littéralement vulgarisées et traduites” (Turin, 1843) par l’auteur alexandrin pour exalter l’ancien poète romain, a été rejetée par la direction de l’école.