Vai al contenuto

21 JANVIER 1766 : NAISSANCE DU GÉNÉRAL LOUIS-PRIX VARÉ

21 JANVIER 1766 : NAISSANCE DU GÉNÉRAL LOUIS-PRIX VARÉ

Quando

Gennaio 21, 2023    
12:00 am

Tipologia evento

Louis-Prix Varé, né le 21 janvier 1766, à Versailles, et mort le 14 mars 1807, des suites de ses blessures à Eylau, est un général français de la Révolution et de l’Empire. Son nom est inscrit au côté Est de l’Arc de Triomphe de l’Etoile.

Engagé dans le Régiment de Condé en 1782, Varé est, le 14 juillet 1789, sous-lieutenant dans la Garde nationale de Versailles. En 1791, il est chef du 4e bataillon de volontaires de Seine-et-Oise. De 1792 à 1796, il sert à l’armée de la Moselle et à l’armée du Nord. Le 8 septembre 1793, il prend part à la bataille de Hondschoote. De 1796 à 1801, il sert successivement sous Augereau aux armées de Batavie et du Rhin.

Varé est nommé général de brigade le 29 août 1803 au camp militaire de Bayonne; il est chevalier de la Légion d’honneur le 11 décembre 1803 et commandeur de l’ordre le 14 juin 1804. 

En juin 1805, Varé est attaché à la 2e division dans le corps d’armée du maréchal Augereau. Le 12 septembre, il commande la 3e brigade de la division du général Saint-Hilaire au IVe corps de la Grande Armée.

 

  • Varé se distingue à la bataille d’Austerlitz le 2 décembre 1805:

 

“Le général Varé, avec la 3e brigade, formée des 43e et 55e de ligne, tourne la gauche du village [de Pratzen], couronne les hauteurs, prend en flanc deux régiments russes destinés à soutenir ce village, les attaque encore mal formés et les renverse. L’ennemi évacue Pratzen; il est poursuivi: le désordre et l’épouvante se propagent dans ses rangs.

La division du comte d’Unsenbourg arrivait en ce moment à la hauteur de la brigade du général Varé: elle attaque sur-le-champ la quatrième colonne que le général Kutusof venait de ranger en bataille. Elle était formée sur plusieurs lignes et refusait sa droite placée sur les sommités du terrain vers Krzenowitz. Ces sommités étaient hérissées de bouches à feu. La première ligne est enfoncée et son artillerie prise; la seconde est culbutée, et la cavalerie qui la soutenait fuit en désordre. 

Six bataillons, qu’un mamelon masquait dans leur mouvement, manœuvraient pour tourner la gauche de la division; le 4e de ligne [surnommé l’Impétueux] les attaque de front; le baron Schiner, avec le 24e d’infanterie légère, prend en flanc l’ennemi, l’aborde sans tirer un coup de fusil et le taille en pièces. Un régiment russe [celui du Grand-DucConstantin] et le régiment de Salzbourg (autrichien) périssent presque en entier…”

 

  • Varé est mortellement blessé à Eylau, le 8 février 1807

 

La brigade du général Louis-Prix Varé, toujours composée des 43e et 55e régiments d’infanterie de ligne, est avec le brigade du général du général Jacques de Candras et l’artillerie, dans la division du général Louis Charles Vincent Le Blond de Saint-Hilaire, appartenant au IVe corps d’armée, sous les ordres du maréchal Jean-de-Dieu Soult. 

Au cours du combat, Varé est blessé d’un coup de feu au pied gauche et présente une forte contusion à l’épaule droite. Malgré les soins prodigués par Pierre-François Percy, chirurgien en chef des Armées, la gangrène se met en place, et Varé meurt, à Thorn, le 14 mars 1807, des suites ce cette bataille qui aura coûté la vie à dix mille français.

De nombreux généraux y sont tués, les généraux de division Desjardin, d’Hautpoul, Dahlmann, les généraux de brigade Binot, Lochet, de Bonnet d’Honnières et Varé, ainsi que Corbineau, l’aide de camp de Napoléon.